Comment calculer le vrai prix de mon travail ?


Prix de vente de mes prestations free-lance

Comment calculer le vrai prix de mon travail ?

 

 

§1- Le marché de la rédaction : quels sont les prix pratiqués

§2– Mes premières commandes : Quels tarifs appliquer ?

A – Mes bases de calcul

B – Les plates-formes d’auteurs

C – Avec le temps

§3- Salaire ou revenu complémentaire ?

§1- Le marché de la rédaction : quels sont les prix pratiqués ?

 Selon le contenu demandé, la tarification se fait au signe, au mot, au feuillet ou au forfait, voire au temps passé.

 

Il n’existe pas de barème «réglementé». Pour vous faire une idée du marché et suivre son évolution :

 

  • Parcourez les forums nombreux sur le sujet et n’hésitez pas à y participer si vous avez des questions à poser.
  • Consultez  les sites des rédacteurs qui proposent leurs prestations. Leurs tarifs ne sont pas toujours visibles, c’est souvent sur devis, mais la plupart fournissent des fourchettes de prix.

 

Les fils de discussion du forum Viadeo – rédaction et Community Management, très actif en la matière, sont riches d’enseignement. Stéphane BOURHIS, de www.red-act.com, y publie notamment un baromètre indicatif des tarifs pratiqués par les rédacteurs free-lance.

 

A noter que les critères utilisés pour estimer le montant d’une commande en rédaction Print (écrit) diffèrent de ceux employés pour un contenu Web. Et donc le prix appliqué aussi. En effet, vous retiendrez le nombre d’exemplaires qui sera diffusé pour le premier et les compétences requises en SEO pour le second. Bien entendu, dans les deux cas,  le niveau d’expertise requis participe aussi à la fixation du prix.

 

Contenu Print ou Web, en France, un tarif horaire de 30 €/h semble un minimum pour obtenir une rémunération nette correcte de votre travail de rédacteur free-lance.

 

L’étude de la tarification de vos concurrents peut vous laisser quelque peu déconcerté face à leur grande disparité. Elle constitue néanmoins une base bien utile quand vient le moment d’établir les premières factures.

 

§2- Mes premières commandes : quels tarifs appliquer ?

 

Entre le devis «timide» et une estimation surévaluée, il n’est pas facile de se positionner quand on entreprend son activité de rédacteur free-lance. Manque d’assurance, peur d’essuyer un refus, et donc un client, font partie des préoccupations récurrentes des rédacteurs débutants.

Pour savoir quel tarif appliquer, vous devez considérer :

– les prix du marché pour une demande similaire.

– combien cela va-t-il vous coûter pour la réaliser.

Votre bénéfice réel est égal à la différence entre vos recettes (vos droits d’auteur) et les dépenses engagées pour exécuter votre prestation. D’où l’importance de bien les chiffrer.

En effet, il ne faut pas que vous gagniez moins que cela ne vous coûte. Même si la tentation est grande d’accepter tout à n’importe quel prix lorsque l’on démarre. Ne vous bradez pas ! Besoin financier, de notoriété ou tout simplement l’impatience de commencer ne doit pas vous conduire à travailler à perte.

 

A – Mes bases de calcul

Votre calcul, pour déterminer votre tarif horaire, doit prendre en compte les paramètres suivants :

  • La fourchette des prix pratiqués sur le marché pour le même type de commande.
  • Les compétences requises : un contenu très spécialisé, par exemple juridique qui demande un niveau d’expertise en droit, est facturé plus cher qu’une fiche produit.
  • Le volume : un tarif dégressif est souvent appliqué pour les clients réguliers ou les grosses quantités.
  • Le temps que vous allez y consacrer : écriture et recherches comprises.
  • Le délai de réalisation demandé : à commande urgente devis plus élevé.
  • Vos frais : Internet, téléphone, fournitures de bureau.
  • Vos charges fiscales et sociales.

Prenons l’exemple de la rédaction d’un contenu dont vous estimez la durée d’exécution à 2 heures et le prix à 60 €. Vous percevez donc pour cette prestation une rémunération de 30 €/h x 2. Mais ce n’est pas ce qui vous reste «dans votre poche». Si vous utilisez 20 € de téléphonie et une cartouche d’encre à 10 € pour cette mission, votre gain n’est déjà plus que de 30 €. Soit 15 €/h et ce, avant impôts et cotisations sociales.

Vos connaissances et votre expérience ont une valeur qu’il ne faut pas négliger.

 

B – Les plates-formes d’auteurs

Pas de problème d’estimation pour les commandes en Open order traitées à travers les plates-formes d’auteurs, car les tarifs sont fixes. En effet, lors de votre inscription, vous passez un test pour établir votre niveau de compétences rédactionnelles. La note qui vous est attribuée, à la suite de cette évaluation, détermine votre position dans l’échelle de qualité. Et donc le tarif au mot (ou au signe) auquel vous pouvez prétendre.

Si, à l’issue du test, vous êtes classé niveau 1, vous n’avez pas accès aux commandes qui exigent une qualité de travail supérieure. Soit les niveaux 2 et 3 mieux rémunérés. En revanche, si vous êtes de niveau 3, vous pouvez accepter des missions de niveau 1 et 2. Mais vous serez payé au tarif correspondant à ces catégories.

Selon les sites, les commandes en Direct order, en principe plus lucratives, peuvent être :

  • rémunérées comme les commandes en Open order.
  • ou à négocier directement avec le client.

 

C – Avec le temps…

  • La note qui vous est attribuée, lors de votre inscription, peut évoluer. Meilleure est la qualité de votre travail, plus vous augmentez vos chances de passer au niveau supérieur.
  • Vous pouvez faire partie des «auteurs favoris» des clients contents de vos services. Ce qui vous confère une certaine priorité sur leurs futures commandes.

La concurrence internationale, en particulier celle des pays francophones où le revenu moyen est très faible, a tendance à tirer les prix pratiqués sur les plates-formes d’auteurs vers le bas. Rédiger du contenu pour 1 centime du mot peut être une rémunération satisfaisante à Madagascar, mais constituer un travail à perte en France. Le Crowdsourcing a les inconvénients de ses avantages.

 

§3- Salaire ou revenu complémentaire ?

 

Vous ne deviendrez pas «riche», avec votre activité de rédacteur free-lance. Encore que ce soit très relatif. Mais, en travaillant quotidiennement, vous pouvez espérer une rémunération très satisfaisante.

Pour augmenter votre rentabilité, privilégiez les commandes sans intermédiaire et les contenus spécialisés, plus lucratifs.

 

Estimer la durée d’exécution d’un travail pour chiffrer vos devis peut vous paraître un exercice compliqué au début de votre carrière free-lance. Mais avec le temps, vous saurez faire la différence. Fort de votre expérience, vous définirez votre propre base de données : les tarifs que vous avez vous-même déjà appliqués.

 

Plus de liens utiles dans le Carnet d’adresses